Le difficile choix du nouveau parquet  - Thomas Carter

Mon blogue

Le difficile choix du nouveau parquet

Le difficile choix du nouveau parquet  - Thomas Carter

Je m’étais engagé auprès de ma femme, à poser du parquet dans la cuisine. J’avais pris des conseils dans un livre que j’avais emprunté à la bibliothèque de mon quartier. J’avais décidé de poser un parquet en bois massif sans colle, ni aucun solvant. Le matériau était traité avec des huiles essentielles pour qu’il soit protégé des attaques de nuisibles et pour supporter l’humidité. J’avais eu beaucoup de mal à trouver ce type de parquet, mais je souhaitais rénover mon appartement avec des matériaux respectueux de l’environnement. Plusieurs choix s’offraient à moi, je ne savais quel type de bois je devais mettre, j’appelais alors mon père qui a toujours des idées intéressantes sur le sujet des réfections. Il en a conduit de nombreuses, car il s’est fait une spécialité de refaire une maison, puis de la revendre, changeant ainsi de cadre tous les quatre ou cinq ans. Il avait fini par s’installer, avec ma mère, définitivement dans un village éloigné de la ville.

Je savais, dès le début, que je ne devais mettre de parquet flottant. J’étais allé manger avec un ami, un soir, près du centre où j’ai eu mon traitement des varices. Il m’avait fourni des idées sur la façon de procéder pour poser mon parquet. De plus, je devais l’entretenir avec des huiles spécifiques tous les ans, au minimum, ou tous les six mois. Il m’avait recommandé d’utiliser de la colle époxy pour fixer mon parquet, et ainsi, empêcher l’eau de s’infiltrer par en dessous. Des joints en silicone complèteraient l’étanchéité totale de mon parquet. J’étais inquiet quant à l’utilisation de tous ces composants pleins de mélanges chimiques nocifs pour ma santé, celle de mon entourage et l’environnement. Malheureusement, aucune alternative n’était proposée, d’après mon ami Michel, qui connaissait bien la pose de parquets.

Mon père me demanda si j’étais sûr de faire le bon choix, il ajouta que je pouvais encore annuler ma commande. Du carrelage en pierre naturelle serait peut-être la meilleure solution, si je prenais le temps de réfléchir, me dit-il. J’étais un peu désarçonné. Il n’avait pas tort, je pouvais mettre ce très beau sol carrelé que j’avais vu sur un magazine de décoration. Avec ma compagne, nous avions hésité entre cette option et le parquet. Nous pouvions revenir sur notre décision. Je contactais mon épouse pour lui faire part de mes doutes. Elle réfléchit longuement avant d’abonder dans le sens de mon père.