Le végétarisme à la rescousse - Thomas Carter

Mon blogue

Le végétarisme à la rescousse

Le végétarisme à la rescousse - Thomas Carter

Il y a une chose dont j’ai toujours été certaine, c’est que nous devrions tous être végétariens. Je le suis d’une façon naturelle, depuis mon plus jeune âge. Au risque de passer pour la plupart, pour quelqu’un de plate, je n’ai jamais cédé auprès de qui que ce soit, en ce qui concerne mon végétarisme. Au départ, il y a eu des membres de ma famille qui essayaient de m’imiter à ne manger que des légumes cuits, et des fruits pendant plusieurs jours. Je n’ai jamais compris leur obstination à vouloir absolument rajouter quelques produits animaliers dans certains plats. Ils me disaient toujours que c’était pour améliorer le goût. Je savais que ce n’était pas le cas, étant donné que j’ai toujours su faire des plats très goûteux. Les carnivores restent des carnivores.

Une de mes nièces venait me voir un jour, alors qu’elle était préadolescente. Je l’avais toujours connu très joyeuse, et je retrouvais là, une jeune fille plutôt introvertie, avec un sentiment de gêne assez visible. Elle se plaignait d’avoir énormément de boutons d’acné sur le visage. Il est vrai qu’elle avait particulièrement beaucoup de traces rouges sur une bonne partie de ces joues, et sur son front. Ce qui la dérangeait le plus, c’était que cela puisse lui faire très mal. Je n’avais jamais eu de boutons d’acné auparavant, je ne pouvais pas le savoir. Quand je la regardais de plus près, il y avait visiblement du pu à l’intérieur, ce qui était certainement la cause de la douleur. Je lui promettais de trouver un traitement acné efficace dès que possible.

J’en parlais à une vieille dame qui habitait dans mon quartier. Comme moi, elle était végétarienne depuis plusieurs années. Elle me disait qu’il suffisait simplement que la jeune fille arrête de manger tout produit animal, car dans ceux-ci, il y avait la présence d’hormones différentes, qui par ingestion dans le corps humain, pouvaient provoquer certains dérèglements hormonaux. En fait, il fallait simplement que je lui dise qu’elle se nourrisse de la même façon que moi. J’avais plongé dans le végétarisme il y a de cela quelques années lorsque je commençais à avoir quelques problèmes cardiaques, ma nièce devra s’y soumettre pour espérer d’avoir une vie un peu plus harmonieuse. Il faudrait qu’un jour, je me mette à écrire au sujet de tous les bienfaits ressentis quand on devient végétarien. Il faudra que je rajoute aussi, quelques-unes de mes recettes, qui pourraient faire lécher les babines de plus d’un carnivore. Il me faudrait avoir de la pêche pour cela.