Les vraies priorités - Thomas Carter

Mon blogue

Les vraies priorités

Les vraies priorités - Thomas Carter

Mon frère Luc n’a jamais été comme les autres.  Quand on était jeune, il ne faisait pas comme tout le monde. Il trouvait toujours quelque chose de pas banal à faire. Par exemple, il ne prenait jamais son déjeuner à l’heure, c’est seulement après que tous les autres aient fini de manger, qu’il descendait pour prendre le sien. Et durant les vacances, pour gagner un peu d’argent, nous collions des affiches de concert, quant à lui, il était le seul enfant à vendre les produits à base d’Injection acide hyaluronique pour les personnes âgées. Le weekend, il est toujours le dernier à se lever le matin, et à chaque fois que ma mère prévoit un repas en famille, il est toujours absent. En fait, il n’a jamais considéré la famille comme prioritaire. Pourtant, lorsqu’il s’agissait de ses amis, il répondait toujours présent. Je ne me souviens que plus d’une fois, alors qu’on devait passer les vacances d’été ensemble, ou pour faire une sortie au restaurant, ou au cinéma, il avait toujours des excuses pour ne pas venir. À l’inverse, mes autres frères et moi, nous étions très soudés et nous faisions des activités ensemble. Nous nous efforcions même de passer du temps ensemble afin de renforcer nos liens. Puis après quelques années, Luc  s’est marié, et c’est là que tout a changé de son côté. Il a eu un petit garçon et a déménagé avec sa femme, Claire, juste à quelques rues de chez nous. Pour lui, c’était un nouveau départ. J’imagine que c’était la première fois qu’il devait admettre qu’il faisait partie d’une famille. De notre côté, nous le rendions visite assez souvent avec toute la famille.  Ma mère était toujours très contente de voir son petit-fils. Je voyais bien qu’elle était heureuse de voir que son fils avait changé. Quelque temps après son mariage, sa femme est venue discuter avec ma mère. Elle lui a raconté que les sales habitudes de Luc ont recommencé. Elle nous a dit qu’il rentrait toujours tard la nuit, il sortait avec ses amis au casino, et qu’à chaque fois que son fils lui demande de rester le weekend pour s’amuser avec lui, il trouvait toujours des excuses pour s’absenter. Ma mère était déçue et fâchée. Étouffée de la situation, sa femme a décidé de demander le divorce. Le lendemain, ma mère a appelé Luc pour discuter, pour une fois, elle lui a expliqué qu’à force de préférer ces mauvaises fréquentations à sa famille, il allait tous nous perdre. Il a alors admis que c’était sa faute, que c’est difficile pour lui de se ranger totalement et de s’adapter à sa nouvelle situation. Il est ensuite rentré chez lui et s’est résolu à s’excuser auprès de sa femme. La demande de divorce et la discussion avec ma mère lui ont remis les pendules à l’heure. Depuis, il a vraiment changé, les weekends, il les passe surtout avec sa petite famille et parfois, le dimanche, il nous rend visite. Ce changement n’a fait que nous ravir, tous dans la famille.